bas de page
 

Gérard Berry Médaille d'Or 2014 du CNRS
 

   La plus haute distinction scientifique française, la Médaille d'Or du CNRS, vient d'être attribuée pour l'année 2014 à Gérard Berry, informaticien, membre de l'Académie des Sciences, professeur au Collège de France [1]. Gérard Berry a notamment développé à partir de 1980 un langage Esterel consacré à la synchronisation de tâches et permettant de prouver leur bon déroulement. Ce langage est particulièrement utilisé pour les systèmes embarqués. Ses travaux les plus récents se concentrent sur la programmation diffuse, c'est-à-dire la programmation des objets connectés : ordinateurs, téléphones, télévisions, appareils électroménagers... Il est membre du Conseil scientifique de la SIF (Société Informatique de France) et membre d'honneur de l'EPI. Il a participé à plusieurs conférences et tables rondes, organisées par notre association, consacrées à l'enseignement de l'informatique à l'École, enseignement pour lequel il milite depuis des années, la diffusion de la culture scientifique ayant toujours été un élément important dans sa démarche.

   Cette Médaille d'Or du CNRS lui a été remise le 17 décembre dernier à La Sorbonne par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, soulignant « le grand honneur qu'elle aura eu, dans sa vie de ministre, d'avoir le privilège de remettre la médaille d'or du CNRS 2014 à Gérard Berry, pionnier d'un monde traversé par l'informatique sans laquelle nous n'imaginerions plus vivre », précisant : « Cette médaille d'or fera date, j'en ai la conviction. » [2]. Concernant l'enseignement de l'informatique elle a indiqué : « J'ai par ailleurs à la signature sur mon bureau une lettre de saisine du président du Conseil supérieur des programmes à qui je demande de proposer un programme d'enseignement d'exploration d'informatique et de création numérique destiné aux élèves de seconde générale et technologique que je souhaite expérimenter dans l'ensemble des académies, dès la rentrée 2015. C'est un premier pas qui me semble aller dans le sens de ce que vous souhaitez. »

   En effet, quant à lui, Gérard Berry a terminé son discours par « un sujet qui lui tient à coeur, celui de l'enseignement de la science informatique dans le primaire et le secondaire ». Il a rappelé qu'en 2013 « il a coordonné un rapport de l'Académie des sciences, écrit de façon collégiale entre chercheurs et enseignants. » Il a insisté sur le fait qu'« utiliser, comprendre et construire sont des activités bien différentes. Il ne suffit pas d'apprendre les bonnes commandes sur son ordinateur ou sa tablette sans chercher à comprendre pourquoi et comment ça marche (ou pas, d'ailleurs). Se contenter de cette attitude revient à se poser en stricts consommateurs de technologies développées ailleurs. Heureusement que nous ne l'avons pas fait pour la physique, la chimie et la biologie. Sinon, nous n'aurions ni chercheurs ni ingénieurs, ni Airbus ni TGV, ni nouveaux médicaments, ni industrie de pointe en général... Or, les industries et services liés à l'informatique sont parmi les premiers du monde en termes de dynamique et d'emploi, et l'informatique tient une place de plus en plus grande dans toutes les autres industries et professions. Une position de pur consommateur devient intenable... Comment accepter que nos bacheliers aient une connaissance nulle de l'informatique et des vraies raisons de ses impacts ». Une clé de la réussite est « la formation des professeurs évidemment essentielle mais quasiment absente pour l'instant, avec les qualifications de ces professeurs qui doivent à terme être les mêmes que pour les autres matières ». Enfin, Gérard Berry a rappelé qu'« un enseignement optionnel de vraie informatique en terminale scientifique a été mis en place en 2012 et a déjà touché plus de 40 000 élèves. » [3]

   Il reste à passer aux autres, à tous les autres, c'est-à-dire à tous les élèves.

Janvier 2015

Jean-Pierre Archambault
Président de l'EPI

NOTES

[1] La médaille d'or 2014 du CNRS est décernée à l'informaticien Gérard Berry
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3739.htm
http://www.epi.asso.fr/revue/lu/l1501e.htm

[2] Gérard Berry, le code à l'honneur
http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2014/12/18/remise-de-la-medaille-dor-du-cnrs-a-gerard-berry/

[3] Voir Le Monde Science et techno, 15 décembre 2014 à 15h17, mis à jour le 16 décembre 2014 Ó 08h35, par David Larousserie.
« Avec d'autres, comme l'Académie des sciences (dont il est membre), la Société informatique de France ou l'association Enseignement public et informatique (EPI), il a obtenu le retour d'une option informatique au lycée depuis trois ans, qui a depuis étésuivie par 40 000 élèves. »

haut de page
Association EPI
Janvier 2015

Accueil Articles