bas de page
 

Évaluation des sites marocains de soutien scolaire
Cas des sites traitant de physique chimie

Ahmed Rhazal, Najiba El Amrani El Idrissi, Abdelkrim El Hajjami
 

Résumé
Le soutien scolaire en ligne est une tendance qui se développe actuellement. La présente étude évaluative concerne une vingtaine de sites marocains se définissant comme des sites de soutien scolaire. Nous nous sommes limités aux sites traitant de physique-chimie.

Nous nous référerons dans cette étude au modèle socio-constructiviste et interactif de Jonnaert, et nous utilisons une grille d'évaluation, que nous avons élaboré à partir de différents critères existants. Nous classons ensuite les différents sites, selon la note obtenue, et terminons l'article par quelques propositions.

Mots clés : site de soutien scolaire, modèle socio-constructiviste et interactif, évaluation, interactivité, contenu pédagogique.

 
1- Introduction

   Le soutien scolaire tient une place de plus en plus importante dans la vie scolaire. Ainsi le Programme d'Urgence, élaboré par le Ministère de l'Éducation nationale (Maroc) vise à instituer le soutien scolaire, à travers la mise en place d'un dispositif de soutien pédagogique aux élèves en difficulté, et d'un dispositif de sessions de mise à niveau pour lutter contre le redoublement et le décrochage [1], le soutien préconisé devant se faire à l'intérieur des établissements scolaires.

   Une alternative à cette forme consiste au soutien scolaire en ligne : une tendance qui s'installe actuellement au Maroc, comme dans d'autres pays. Ainsi plusieurs sites marocains se définissent comme des « sites de soutien scolaire », et proposent plusieurs services aux élèves, rassemblant des cours, des exercices et d'autres fonctions.

   Nous nous intéressons à l'étude d'une vingtaine de sites marocains traitant de physique et chimie [2], que nous nous proposons d'évaluer, selon plusieurs critères s'inscrivant dans une optique socio-constructiviste. Quatre sites sont dédiés au niveau collégial, dix au niveau qualifiant et six aux deux niveaux à la fois. Ces sites ont été lancés entre 2004 et 2011. Nous nous sommes limités aux sites traitant de physique chimie, étant nous-même professeur de physique chimie dans l'enseignement qualifiant.

2. Concepts et définitions

   Nous précisons d'abord le cadre de référence dans lequel s'inscrit la présente étude, avant de donner la définition du soutien scolaire, ainsi que ses différentes formes.

2.1. Cadre général de référence : le modèle socio-constructiviste et interactif (SCI)

   Selon Jonnaert, « Il existe de nombreux paradigmes épistémologiques de la connaissance. D'une manière générale, ces derniers s'inscrivent dans l'une ou l'autre des deux hypothèses suivantes » (Jonnaert, 2006, p. 65) :

  • L'hypothèse ontologique selon laquelle les connaissances sont extérieures au sujet, elles lui sont transmises. Dans cette perspective, l'enseignant transmet les connaissances à l'élève considéré comme un récepteur passif.

  • L'hypothèse constructiviste, selon laquelle c'est l'apprenant qui construit ses propres connaissances, et celles-ci naissent de sa propre expérimentation.
    Ainsi, « chacun de nous conçoit la réalité extérieure un peu différemment, et cette conception est basée sur notre ensemble unique d'expériences avec le monde et nos croyances à leur sujet » [3] (Jonassen et al., 1995, p 7-27).

   Nous nous référons dans ce travail au « modèle socio-constructiviste et interactif » de Jonnaert (2002) [4]. Ce modèle de construction des connaissances comporte trois volets : un premier volet lié à la dimension constructiviste ; un autre lié aux interactions sociales (socio) et un troisième lié aux interactions avec le milieu (interactif).

2.1.1. Volet « constructiviste »

   »  Le constructivisme postule que la connaissance n'est pas le résultat d'une réception passive d'objets extérieurs, mais plutôt le fruit de l'activité du sujet » (Jonnaert, 2006, p.71). L'apprenant manipule les idées, les connaissances et les conceptions antérieures à propos de l'objet de l'apprentissage, pour résoudre le nouveau problème posé.

2.1.2. Volet « interactif »

   Cette dimension fait référence au milieu : les situations et l'objet d'apprentissage. La dimension interactive de l'approche constructiviste concerne la mise en interaction des connaissances anciennes avec de nouveaux objets en situation, ces objets pouvant être le savoir codifié.

2.1.3. Volet « socio »

   La dimension socio fait référence aux partenaires en présence : les pairs et l'enseignant. Les interactions sociales, en contexte scolaire ou ailleurs, sont une composante essentielle du processus de construction des connaissances.

2.1.4. Aspect intégré

   Les trois dimensions du modèle sont solidaires et forment un triptyque, chacune des dimensions alimentant les deux autres. C'est « la solidarité fonctionnelle de ces trois dimensions qui fait du modèle SCI une approche intéressante des processus de construction des connaissances » (Jonnaert, 2006, p. 75).

2.2. Le soutien scolaire

2.2.1. Définitions

   En France, l'Éducation nationale donne un sens précis et restrictif au terme de « soutien » : « Il est dispensé dans le cadre et dans le temps scolaire, par des enseignants, à des élèves qui, provisoirement, ou sur une plus longue durée, ont besoin d'une aide personnelle ; le soutien peut prendre la forme de l'aide individualisée, de la remédiation, du tutorat, voire prendre place dans le cadre des études au collège » (Guide de l'accompagnement à la scolarité, 2003, p. 21).

   En Belgique, les « écoles des devoirs » jouent un rôle important, et on parle de différents types d'aides proposées pour réaliser les devoirs :

  1. Les études surveillées ou dirigées dispensées dans les établissements scolaires. Les études surveillées sont consacrées généralement à l'exécution des devoirs, contrairement aux études dirigées où une aide est apportée.

  2. L'accompagnement scolaire. Les écoles de devoirs en font partie. Ce n'est pas une simple aide aux devoirs, mais il s'agit aussi d'une ouverture culturelle pour les enfants qui ne la trouveraient pas dans leur famille.

  3. Les cours particuliers : ce sont des cours privés donnés à titre payant (Ligue de l'Enseignement et de l'Éducation permanente, 2011).

2.2.2. Le cas du Maroc

   Au Maroc, la Commission Spéciale d'Éducation et de Formation (COSEF) instituée en 1999 a élaboré un document de référence : la Charte Nationale d'Éducation et de Formation (CNEF), qui bénéficie d'un consensus général. Une réforme a été démarrée ensuite, visant la mise en oeuvre des préconisations de la Charte. Mais compte tenu des résultats mitigés, le Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique a été amené à élaborer un Programme d'Urgence pour la période 2009-2012 visant à donner un nouveau souffle à la Charte.

   Le projet E1.P5 du programme vise la Lutte contre le Redoublement et le Décrochage Scolaire, à travers la mise en place d'un dispositif de suivi personnalisé des élèves, de la mise en place de soutien aux élèves en difficulté et de l'organisation des sessions de mise à niveau aux élèves en difficulté. Le soutien préconisé est un soutien à l'intérieur des établissements scolaires. (Portefeuille Global des Projets du Programme d'Urgence, 2009, p. 3).

   Plus récemment, le rapport national EPT 2011 parle de l'« Accompagnement Scolaire » qui tente de développer des « démarches novatrices » [...] en vue de promouvoir « la veille éducative au sein de l'école » (Rapport National EPT, 2011, p. 51). Le programme de l'accompagnement scolaire est en phase d'expérimentation dans quatre Académies Régionales d'Éducation Formation.

2.2.3. TICE, E-learning et soutien scolaire en ligne

   Une des solutions à disposition des apprenants réside dans une forme particulière : le soutien scolaire en ligne. Ainsi, « les TICE présentent de nombreuses occasions de concevoir des activités d'apprentissage riches qui misent sur l'activité des élèves et la construction collective des connaissances et qui auraient, dans l'ensemble, des caractéristiques socio-constructivistes » (Poellhuber et Boulanger, 2001, p. 150).

   Pour la Communauté Européenne : Le e-learning est « l'Utilisation des nouvelles technologies multimédias et de l'Internet pour améliorer la qualité de l'apprentissage en facilitant l'accès à des ressources et des services, ainsi que les échanges et la collaboration à distance » (Agence Wallonne des télécommunications, version mise à jour le 28/01/2008).

   Le Joint Information Systems Committee définit l'e-learning « comme un apprentissage facilité et soutenu par l'utilisation des TIC » (JISC, Royaume-Uni, 2013).

   Pour le Department of Education (Royaume-Uni), « Le E-learning est défini comme l'apprentissage d'une manière qui utilise les technologies de l'information et de la communication (TIC). Le E-learning permet aux gens de maîtriser de nouvelles compétences rapidement, d'étudier facilement et de profiter de l'apprentissage » (Department of Education, 2003).

3. Méthodologie

   Pour réaliser l'évaluation des sites marocains de soutien scolaire, nous nous baserons sur une grille d'évaluation, que nous avons élaborée à partir de grilles d'analyse de sites pédagogiques déjà utilisées. Elles traitaient chacune d'un ou plusieurs aspects : technique, ergonomique, pédagogique, etc.

3.1. Méthodes d'évaluation d'un site web

   On distingue la méthode empirique et celle dite heuristique.

3.1.1. Méthode empirique

   C'est la méthode demandant la participation directe des utilisateurs d'où son autre appellation de test-utilisateur. Lors de ces tests, une ou plusieurs personnes participent soit à l'exécution de tâches représentatives pour lesquelles le site a été conçu, soit à l'exploration libre de ce dernier. L'objectif est d'identifier les difficultés rencontrées par les utilisateurs, à partir des actions des utilisateurs ou à partir d'indices de performances variés comme le temps requis pour l'exécution d'une tâche, l'exactitude des résultats, le nombre et le type d'erreurs commises.

3.1.2. Méthode heuristique

   Celle-ci présente deux variantes :

3.1.2.1. Méthode d'évaluation automatique

   C'est l'exemple d'évaluation proposée par certains sites comme Temesis ou Eval Access. Mais ces méthodes ne répondent que partiellement aux questions que l'on devrait aborder pour évaluer un site web pédagogique, surtout que ces méthodes s'intéressent surtout à l'accessibilité, à l'ergonomie et à l'utilisabilité [5].

3.1.2.2. Méthode basée sur des critères d'évaluation

   Plusieurs grilles d'analyse sont disponibles. Certaines sont qualitatives et d'autres quantitatives.

   Sloïm et Gateau (2000) parlent de plusieurs critères concernant l'adresse du site, l'accueil du site, l'identification des interlocuteurs, la navigation dans le site, l'utilisabilité et la validation des informations disponibles. Nielsen (2005) met l'accent sur l'utilisabilité du site et propose dix critères d'utilisabilité qui conduisent selon lui à la qualité informatique et à la simplicité d'utilisation. L' »  utilisabilité » est définie par Nielsen et Loranger comme étant : « une caractéristique de qualité liée à la facilité à se servir de quelque chose. Plus précisément, il s'agit de la rapidité avec laquelle des personnes peuvent apprendre à l'utiliser, de son efficacité, de sa rémanence, de son taux d'erreur et de sa facilité d'utilisation. Si le public n'utilise pas une fonction, elle n'a aucun intérêt à exister » (Nielsen et Loranger, 2009, p. XVI). Pour la norme ISO 9241 : « Un produit est dit utilisable lorsqu'il peut être utilisé avec efficacité, efficience et satisfaction par des utilisateurs donnés, cherchant à atteindre des objectifs donnés, dans un contexte d'utilisation donné. ».

   Seulement, l'utilisabilité à elle seule n'est pas suffisante pour cerner les caractéristiques d'un site, surtout lorsqu'il s'agit d'un site web éducatif. Il s'agit, en effet, de tenir compte de plusieurs facteurs, tels que le contenu, les stratégies pédagogiques, les ressources pédagogiques, etc.

3.1.3. Présentation des principales grilles consultées

   Nous décrivons ici les principales grilles ayant servi à établir notre propre grille d'évaluation.

   Nous avons examiné 13 grilles d'évaluation de sites web, et nous en avons retenu huit, que nous décrivons par la suite. Nous avons privilégié les grilles récentes, et qui tiennent compte des stratégies et des ressources pédagogiques, et aussi de l'interactivité.

  1. Cinq critères d'évaluation de pages web (Kapoun, 1998) :
    Cette liste a été créée par Jim Kapoun en 1998, et reprise par des universités américaines, (comme Cornell University), et australiennes, (comme Monash University). Des corrections textuelles mineures ont été apportées en 2010. Cette liste comporte cinq critères concernant le document.

  2. Grille d'évaluation d'un site internet pédagogique (Perrot, 2001) :
    Cette grille, destinée initialement à l'évaluation de sites de FLE (français langue étrangère), a pour objectif d'évaluer un site pédagogique et de prendre en compte les contraintes techniques liées au développement multimédia. Elle est basée sur trois critères d'évaluation.

  3. L'évaluation des pages Web : Techniques à appliquer et Questions à poser ( Joe Barker, 2002) (Evaluating Web Pages : Techniques to Apply & Questions to Ask) :
    Cette page d'évaluation a été créée par Joe Barker (Université de Berkeley) en 2002 et remise à jour en aout 2012. Elle comporte 5 critères.

  4. Grille d'analyse générale du site pédagogique (Buisson et al, 2004, p. 45)
    Cette grille est découpée en trois parties : l'analyse générale du site pédagogique, les services offerts et la nature des ressources proposées et l'évaluation générale de la présentation du site.

  5. Grille d'évaluation d'un site web (Gueddari, 2005)
    Établie par Khalid Gueddari, d'après une grille initiale de Robert Bibeau, elle traite de plusieurs critères, chacun étant pondéré.

  6. Évaluer un site éducatif (Denyse Gilbert, 2009)
    C'est une grille d'évaluation pédagogique et technique, élaborée par Denyse Gilbert (Université Laval). Elle traite d'abord de l'identification de l'évaluateur, de l'équipement informatique, et de l'identification du site.
    Elle s'intéresse ensuite à l'évaluation de plusieurs aspects du site à travers plusieurs items rassemblés dans 10 rubriques. À chaque item correspond une note (de 1 à 5).

  7. J'évalue un site web (EBSI, 2009)
    C'est une grille élaborée à l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information -Université de Montréal). Elle n'aborde que quelques pistes de l'évaluation d'un site web. Elle est constituée de 5 rubriques. Les réponses sont simples : oui- moyennement - non- je ne sais pas.

  8. Évaluer l'information (INSA de Lyon, 2011)
    Développée par l'INSA de Lyon. C'est une grille d'évaluation d'un document trouvé sur Internet, et se compose de 4 rubriques.

3.2. Grille adoptée pour l'évaluation des sites de soutien scolaire

   À partir des différentes grilles examinées, nous avons élaboré notre propre grille.

3.2.1. Description de la grille

   La grille comporte sept rubriques d'importance pondérée, chaque rubrique étant composée de plusieurs items. À chaque item correspond une note (voir le tableau suivant).

1 - Généralités-Identification du site (5 %, coefficient 1).

Barème : 0 = non, 2= oui.

1- L'éditeur-auteur est clairement identifié.
2- Les coordonnées de l'éditeur sont clairement indiquées.
3- Il n'y a pas de demande de dons.
4- L'accès est ouvert.
5- Le site est gratuit.
6- Le public visé est clairement défini.

2 - Ergonomie-Navigation (15 %, coefficient 3)

Barème : 0 = pas du tout, 1 = un peu, 2 = moyennement, 3 = suffisamment, 4 = parfaitement.

1- La facilité utilisation.
2- L'existence du plan du site.
3- La clarté des menus.
4- L'efficacité des liens hypertexte, hypermédia.
5- La lisibilité du contenu.
6- La qualité des images.
7- La facilité de retrouver l'information
8- La cohérence de la structure.
9- La rapidité de chargement du site.

3 - Contenus (20 %, coefficient 4)

Barème : 0 = pas du tout, 1 = un peu, 2 = moyennement, 3 = suffisamment, 4 = : parfaitement.

1- Contenus relevant des programmes scolaires.
2- Couverture du programme.
3- Pertinence des ressources offertes.
4- Précision-exactitude des informations.
5- Efficacité du moteur de recherche.
6- Indication des sources.
7- Affichage de publicité (Pour cet item 0 : présence de publicité, 4 : aucune publicité).

4 - Stratégies pédagogiques (15 %, coefficient 3)

Barème : 0 = pas du tout, 1 = un peu, 2 = moyennement, 3 = suffisamment, 4 = parfaitement.

1- Les objectifs pédagogiques sont clairement exprimés.
2- Les stratégies d'apprentissage sont pertinentes.
3- Présence d'évaluations.
4- Pertinence des activités proposées.
5- Clarté des consignes des activités.

5- Ressources et supports pédagogiques (25 %, coefficient 5)

Barème = 0 =non, 2 : oui.

1- Téléchargement de cours.
2- Cours en vidéo.
3- Cours en ligne.
4- Présence de simulations.
5- Présence de QCM, de questions de cours.
6- Existence d'exercices.
7- Corrigés des exercices.
8- Bacs blancs, annales.
9- Lexique, glossaire, bibliographie.
10- Liens vers d'autres ressources.

6 - Interactivité (15 %, coefficient 3)

Barème : 0 = pas du tout, 1 = un peu, 2 = moyennement, 3 = suffisamment, 4 = parfaitement.

1- Existence d'exercices interactifs.
2- Correction automatique des exercices.
3- Accompagnement par un tuteur.
4- Existence de tutorat automatique.
5- Existence de travail collaboratif.
6- Existence de classe virtuelle.
7- Existence de tableau blanc
8- Existence de visioconférence.
9- Existence de chat.
10- Présence de messagerie.
11- Présence de forum.
12- Présence de liste de discussion-diffusion.
13- Existence de la FAQ.
14- Modération des outils de communication.
15- L'interactivité permet une rétroaction appropriée.

7 - Aide en orientation et en méthodologie. (5 %, coefficient 1)

Barème : 0 = non, 4 = oui.

1- Aide en orientation.
2- Aide en méthodologie.

3.2.2. Calcul des résultats de la grille

   Les points obtenus pour chaque item sont additionnés et le résultat est multiplié par le coefficient attribué à la rubrique. L'addition des totaux de chaque rubrique donnera la note brute. Le résultat obtenu est divisé par 5,8 (le maximum possible étant de 580) pour obtenir une note finale comprise entre 0 et 100.

   Le site est classé selon la note obtenue :

  1. de 81 à 100 : site excellent ;
  2. de 61 à 80 : bon site malgré certaines faiblesses ;
  3. de 41 à 60 : site de catégorie moyenne ;
  4. de 0 à 40 : site ne convenant pas du tout.

4. Résultats et interprétation

   Avant de donner le résultat final et le classement des sites étudiés nous présenterons au préalable les résultats obtenus pour chaque rubrique.

4.1. Résultats par rubrique

   Pour une meilleure illustration les résultats sont présentés sous forme de graphique.

4.1.1. Généralités – Identification du site

   Les résultats sont les suivants :


   Ainsi, les auteurs des sites sont clairement indiqués dans 60 % des cas seulement, et les coordonnées de l'éditeur du site dans seulement 70 % des cas. L'accès est ouvert pour tous les sites.

4.1.2. Ergonomie – Navigation

   Pour cette rubrique la rapidité de chargement des sites est moyenne, la structure est moyennement cohérente. La qualité des images est en dessous de la moyenne, et la lisibilité du contenu est moyenne. Les menus sont moyennement clairs, et le plan du site est moyennement présent dans les sites. La facilité d'utilisation, quant à elle, est généralement en dessous de la moyenne.

4.1.3. Contenus

   Le graphe souligne qu'une grande partie (80 %) des sites ne contiennent pas de publicité, les sources sont peu indiquées, et les moteurs de recherche sont peu présents (seulement à 35 %). Ceux qui sont présents sont moyennement efficaces. Les contenus relèvent pour la plupart des programmes scolaires.

4.1.4. Stratégies pédagogiques

   D'après le graphe, les consignes des activités ne sont pas claires dans la plupart des cas, les activités proposées sont peu pertinentes, et il n'y a pas d'évaluations dans la majorité des cas (95 %). Par ailleurs les stratégies d'apprentissage sont peu pertinentes, et les objectifs pédagogiques ne sont pas clairement exprimés.

   Globalement, les stratégies pédagogiques ne sont pas bien déterminées.

4.1.5. Ressources et supports pédagogiques

   Cette rubrique est destinée à vérifier la présence de divers éléments comme les liens vers d'autres ressources, des exercices, des simulations, etc.

   Il faut souligner ici l'absence totale de cours en ligne, de lexique, de glossaire et de bibliographie, ainsi que l'absence à 90 % de QCM, de questions de cours, ou de simulations dans 80 % des cas. Les liens vers d'autres ressources, les exercices et les cours téléchargeables, quant à eux, sont présents dans la plupart des sites (de 70 à 80 %).

   Globalement, les sites étudiés ne présentent que partiellement (39 %) les éléments recherchés.

4.1.6. Interactivité

   Dans cette rubrique, nous avons voulu vérifier la présence d'éléments interactifs.

   Ainsi plusieurs éléments sont totalement absents (à 100 %) : messagerie, visioconférence, tableau blanc, travail collaboratif, tutorat, etc. Les autres éléments sont absents dans la majorité des sites (80 % à 95 %).

   Globalement, les éléments interactifs sont peu présents dans les sites étudiés, ce qui signifie clairement que les concepteurs ne sont pas encore arrivés à s'inscrire dans une optique socioconstructiviste et interactive.

4.1.7. Aide en orientation et méthodologie

   Cette rubrique cherche à vérifier la présence d'aide en orientation et en méthodologie. Les résultats sont les suivants :

   Comme illustré, aucune aide méthodologique n'est présente dans les sites étudiés. Par contre 50 % des sites offrent une aide en orientation, concernant les études supérieures au Maroc.

4.2. Résultat global

   Les moyennes des notes obtenues pour les différentes rubriques sont les suivantes :

  1. Généralité-Identification du site : 84 %
  2. Ergonomie-Navigation : 42 %
  3. Contenus : 48 %
  4. Stratégies pédagogiques : 14 %
  5. Ressources et supports pédagogiques : 39 %
  6. Interactivité : 2 %
  7. Aide en orientation et méthodologie : 25 %.

   La moyenne des notes obtenues par les sites étudiés est de 28/100, ce qui reste malheureusement une note globale assez faible. Le tableau suivant présente les résultats classés par tranche :

0 % à 20 %

21 % à 40 %

41 % à 60 %

61 % à 80 %

81 % à 100 %

4 sites

15 sites

1 site

0 site

0 site

   Nous en concluons qu'il y a des efforts à faire concernant les stratégies pédagogiques, l'interactivité et l'aide en orientation et en méthodologie.

4.3. Classement des sites étudiés

   Nous donnons ci-dessous le classement des 20 sites étudiés.

 

Site

Note (sur 100)

Lien hypertexte

Remarques

1

Achamel

47,2

http://www.achamel.info

 

2

Madariss

39,5

http://www.madariss.fr

 

3

http://phychi.voila.net

37,4

http://phychi.voila.net/

 

4

Sciences physiques

35,5

http://saidphysique.jimdo.com/

 

5

Center of IT Innovation

33,8

http://www.aui.ma/citi

Centre visant l'intégration
des TIC dans l'enseignement (*)

6

Sciences physique- Secondaire collégial

32,2

https://sites.google.com/site/physiqueyounes/

 

7

Site de sciences physiques

30,0

http://physic9.free.fr/

Demande de dons et présence de publicité

8

forumsdafatir

29,3

http://www.dafatir.com

 

9

Le portail d'orientation marocain

27,2

http://www.laformation.ma/

 

10

Site non officiel du lycée zaki

26,7

http://lyceezakii.canalblog.com/

 

11

Internet, au service de l'éducation

25,7

http://9rayti.com/

 

12

Physique première année secondaire

25,7

http://elghzizal.canalblog.com/

 

13

Lycée Jaafar Elfassi Elfihri

25,5

http://najahe.net/

 

14

Site de physique et chimie au lycée

25,3

http://physique-lycee.voila.net/

 

15

Mathématiques et physique au lycée

22,8

http://www.physicsmaths.c.la/

 

16

Lycée Ibn Rochd

22,6

http://www.lycee.un.ma/

 

17

Cours

16,7

http://webcours.blogspot.com/

Publicité google/blogspot.com

18

Forum sciences physiques 3éme année collégial

16,6

http://physique.sosblog.fr/

 

19

Sciences physiques

16,6

http://pc-elgraidi.voila.net/index.html

 

20

Dalil Tarbawi

16,2

http://daliltarbawi.jeeran.com/

 
(*) Nous avons étudié ce site parce qu'il présente des cours et des exercices multimédia.

5. Conclusion et perspectives

   Dans cette étude, nous avons cherché à savoir, à travers un échantillon, si les sites marocains de soutien scolaire permettaient aux apprenants d'avoir des activités socio-constructivistes et interactives.

   Nous avons globalement constaté que beaucoup d'efforts ont été fournis par les concepteurs et les auteurs des sites étudiés. Ceci étant, leur diagnostic soulève de nombreuses observations dont particulièrement :

  • L'ergonomie et la facilité de navigation est moyenne,
  • La plupart des sites sont statiques ;
  • Il y a une quasi-absence d'interactivité ;
  • Certains présentent de la publicité commerciale ;
  • Les stratégies pédagogiques ne sont pas définies de manière pertinente ;
  • Les concepteurs se contentent de transférer le contenu des manuels scolaires sur le net.
  • L'aide en méthodologie est totalement absente de tous les sites, alors qu'il aurait été plus bénéfique d'aider l'apprenant à « mieux travailler ».
  • Il n'y a pas de rétroaction permettant de remédier aux erreurs des apprenants.

   Il est à rappeler que sur la totalité des sites étudiés, un seul a totalisé une note comprise entre 41 et 60, ce qui en fait un site de catégorie moyenne, 15 autres sites ont eu une note entre 21 et 40, ce qui les place comme des sites en dessous de la moyenne. Les quatre sites restants réalisent une note inférieure à 20.

   Compte tenu de ces faiblesses, des efforts restent à faire de la part des concepteurs et des auteurs de ces sites, notamment sur le plan des stratégies pédagogiques, de l'interactivité et de l'aide en orientation et en méthodologie.

   Parmi les propositions qui pourraient être formulées, nous pouvons énumérer :

  • Tenir compte des différences entre les apprenants.
  • Constituer des équipes de travail formées par des professeurs, les équipes devant être pluridisciplinaires de préférence.
  • La constitution d'une base de données de scénarios pédagogiques prêts à l'emploi. Ce travail devrait être institutionnel (pris en charge par le Ministère de l'Éducation nationale et par les académies régionales).
  • L'usage des outils auteurs pour la réalisation de parcours pédagogiques.
  • L'usage d'exerciseurs pour créer des exercices interactifs, etc.

   Cette étude gagnerait beaucoup à être approfondie et améliorée ; plusieurs questions restant encore à explorer.

Ahmed Rhazal,
Laboratoire SSC, Faculté des Sciences et Techniques. Fès

Najiba El Amrani El Idrissi,
Professeur, Laboratoire SSC, Faculté des Sciences et Techniques. Fès

Abdelkrim El Hajjami,
Professeur, Laboratoire TICFS, École Normale Supérieure. Fès

Cette contribution est sous licence Creative Commons (selon la juridiction franšaise = PaternitÚ - Pas de Modification). http://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.0/fr/

Bibliographie

Barker, J. (2002). Evaluating Web Pages : Techniques to Apply & Questions to Ask. Site de l'Université Berkeley, mise à jour en en août 2012.
http://www.lib.berkeley.edu/TeachingLib/Guides/Internet/Evaluate.html [Consulté le 08/06/2013].

Buisson, J. et al. (2004). Apprendre et se former sur le Web : pour une typologie des sites pédagogiques. École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques.
http://www.enssib.fr/bibliotheque/documents/dcb/M-2004-RECH-19-VOL1-buisson.pdf [Consulté le 28/05/2013].

Department of education : towards a unified e-learning strategy.
http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20130401151715/https://www.education.gov.uk/ publications/standard/publicationdetail/page1/dfes 0455 2003 [consulté le 15/06/2013].

École de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information. Université de Montréal (2009). J'évalue un site web.
http://www.ebsi.umontreal.ca/jetrouve/internet/evalsite.htm [Consulté le 10/06/2013].

EvalAccess 2.0. Évaluation automatique de l'accessibilité des sites web.
http://sipt07.si.ehu.es/evalaccess2/crawler.html.

Gilbert, D. (2009). Evaluer un site éducatif. Grille d'évaluation pédagogique et technique d'un site Web éducatif. Guide : La conception d'un site web éducatif, p. 145. Bureau des services pédagogiques - Université Laval. Canada.
http://www.aptic.ulaval.ca/guidew3educatif/pdf/GuideWebEducatif.pdf [Consulté le 10/06/2013].

Gueddari, K. (2005). Grille d'évaluation d'un site web, établie par Khalid Gueddari, d'après une grille initiale de Robert Bibeau. Institut de Technologie Agroalimentaire. Québec. Canada.
http://www.itasth.qc.ca/itatice/doc_formation/grille_eval_site/grille_evaluation_site_web.pdf [Consulté le 22/05/2013].

Houssaye, J. (dir.), (2009). La pédagogie : une encyclopédie pour aujourd'hui. Paris : ESF.

Institut National des Sciences Appliquées (INSA). Évaluation de l'information présente sur Internet. Lyon : Insa, (2004).
http://sapristi-docinsa.insa-lyon.fr/conseils-pour-chercher/evaluer-linformation [Consulté le 10/06/2013].

Joint Information Systems Committee. Mise à jour le 25/07/2013.
http://www.jisc.ac.uk/whatwedo/programmes/elearningpedagogy.aspx [Consulté le 20/06/2013].

Jonassen. D., Davidson. M., Colins. M., Cambell. J. et Bannan Haag. B. (1995). Constructivism and computer-mediated communication in distance education. The American Journal of Distance Education, vol. 9, p. 7-27.

Jonnaert, Ph. (2006). Compétences et socioconstructivisme : Un cadre théorique. Collection : Perspectives en éducation et formation. Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Kapoun, J. (1998). Five criteria for evaluating web pages. Site de l'université Cornell, mise à jour en 2010.
http://olinuris.library.cornell.edu/ref/research/webcrit.html [Consulté le 15/06/2013].

L'Hostie, M. et Boucher, L-P. (dir.). (2004). L'accompagnement en éducation : un soutien au renouvellement des pratiques. Québec : Presses de l'Université du Québec.

Lafortune, L. et Deaudelin, C. (2001). Accompagnement socioconstructiviste : pour s'approprier une réforme en éducation. Québec : Presses de l'Université du Québec.

Ligue de l'Enseignement et de l'Éducation permanente, Belgique. (2011). Les écoles de devoirs : au-delà du soutien scolaire.
http://www.one.be/fileadmin/user_upload/one_accueil/Documents/EDD/etude_ecolededevoirs.pdf [Consulté le 12/06/2013].

Ministère de l'Éducation nationale (et d'autres ministères), France. (2003). Guide de l'accompagnement à la scolarité.
http://www.educationprioritaire.education.fr/fileadmin/docs/education_prioritaire/ accompagnement_scolaire/guide.pdf [Consulté le 22/05/2013].

Ministère de l'Éducation nationale, Maroc. (2009). Portefeuille Global des Projets du Programme d'Urgence.
http://www.men.gov.ma/sites/fr/PU-space/bib_doc/portefeuille_fr.pdf [Consulté le 25/05/2013].

Ministère de l'Éducation nationale, Maroc. (2011). Rapport National EPT (Éducation Pour Tous) 2011.Voir le rapport sur le site de l'Institut International de Planification de l'Éducation.
[http://planipolis.iiep.unesco.org/upload/Morocco/Morocco_Rapport_EPT_2011.pdf [Consulté le 30/05/2013].

Nielsen J. (2005). 10 Usability Heuristics for User Interface Design.
http://www.nngroup.com/articles/ten-usability-heuristics/ [Consulté le 20/04/2013].

Nielsen. J. et Loranger. H. (2009). Site Web : priorité à la simplicité. Paris, France : Campus Press.

Perrot (2001). Grille d'évaluation d'un site internet pédagogique. Site de l'Université de León.
http://www3.unileon.es/dp/dfm/flenet/grilles2.html#TPerrot [Consulté le 15/04/2013].

Poellhuber, B. et Boulanger, R. (2001). Un modèle constructiviste d'intégration des TIC, Rapport de recherche. Collège La flèche.
[http://www.cdc.qc.ca/textes/modele_constructiviste_integration_tic.pdf. [Consulté le 15/04/2013].

Sloïm, E et Gateau, E. (2000). Évaluation chronologique d'un site par un utilisateur.
[http://www.temesis.com/ressources/articles/evaluation-des-sites-internet/evaluation-chronologique-d-un-site.html#nh3 [Consulté le 15/05/2013].

Sloïm, E et Gateau, E. (2003). Évaluez la qualité de votre site.
http://www.temesis.com/ressources/auto-evaluation/ [Consulté le 16/05/2013].

Sloïm, E et Gateau, E. (2004). Comment l'utilisateur perçoit la qualité web.
http://www.usabilis.com/articles/2004/qualite-utilisateur.htm [Consulté le 17/05/2013].

TEMESIS. Opquast reporting. Service proposé par la société Temesis. http://reporting.opquast.com/fr/ [Consulté le 20/05/2013].

Université du Pays Basque. Évaluation automatique de l'accessibilité aux pages web.
http://sipt07.si.ehu.es/evalaccess2/crawler.html Consulté le 20/05/2013].

NOTES

[1] Voir le Portefeuille Global des Projets du Programme d'Urgence, E1.P5 : Lutte contre le redoublement et le décrochage scolaire.

[2] Les sites ont été choisis suite à des entretiens avec plusieurs élèves et aussi suite à une recherche sur Internet, et nous avons opté pour les sites traitant de physique chimie, étant nous-même au départ professeur de physique chimie dans l'enseignement qualifiant.

[3] Jonassen est identifié comme un socioconstructiviste, même s'il utilise le terme « constructivism » dans ses publications.

[4] Ce modèle a été développé initialement par Jonnaert et Vander Borght en 1999.

[5] Traduction du terme anglais « usability », et que certains préfèrent traduire par « usabilité ».

haut de page
Association EPI
Novembre 2013

Accueil Articles