bas de page
 

L'informatique sans écran

Martoni
 

   Lors d'un Noël de ma tendre jeunesse pré-adolescente est arrivé un « ordinateur » dans le foyer. Ce PC (Intel 386) a été installé dans le bureau et a vite dégénéré en console de jeux. Puis les années passant c'est devenu une formidable source d'expérimentation informatique pour un geek en devenir. À cette époque on sensibilisait la jeunesse à ne pas passer trop de temps devant la télévision et la console de jeux, puis devant l'ordinateur et les jeux vidéo violents. Mais on ne parlait pas vraiment de l'écran.

   Aujourd'hui les messages de sensibilisation se résument aux écrans :

  • « pas d'écran avant trois ans »
  • « nos jeunes passent leurs temps sur leurs écrans » (comme si les « vieux » n'y étaient pas non plus)
  • « attention les écrans fabriquent une génération de crétins »
  • « les écrans, les écrans, les écrans... »

   Il est vrai qu'aujourd'hui l'informatique ne se résume presque plus qu'à un écran. De l'ordinateur avec clavier+souris+écran, voire crayon optique [1], on est passé aux tablettes et ordiphones qui n'ont plus que l'écran (tactile quand même).

   Pour prendre le contre-pied de cette obsession des écrans, je me demandais donc s'il existait encore une informatique « sans écran ». La formidable multiplicité des activités que l'on peut avoir sur un ordinateur pourrait-elle se faire sans écran ? Dans quelle mesure peut-on coder, surfer sur le web, lire-envoyer des mails sans écran ? Cette informatique fantasmée par notre ex-ministre de l'éducation [2] est elle une réalité ?

L'informatique, une histoire d'abord sans écran

   Si l'on date la naissance de l'ère de l'informatique avec Ada Lovelace [3], et qu'on estime l'arrivée des ordinateurs avec écrans à la fin des années 1970, alors on peut aisément dire que l'informatique a été plus longtemps sans écran qu'avec.


Peinture d'Ada Lovelace
Malgré son look cosplay de manga
elle n'a pas subi trop d'écrans dans son enfance, elle.

   De même, il est raisonnable de considérer l'ordinateur comme l'outil principal pour faire de l'informatique. Il fut largement sans écran à ses débuts.


Ken Thompson (assis) et Dennis Ritchie (debout) manipulant un DEC PDP-11.
Pas d'écran pour ces deux geeks qui ont développé UNIX et le langage C (source
 [4]).

   L'altair8800 [5], sorti en 1975 et sur lequel Microsoft a écrit son BASIC, se programmait avec des rubans perforées [6], voire avec des commutateurs [7], et l'affichage se faisait avec quelques diodes (DEL) [8] en face avant.

   Les cartes à trous [9] étant plutôt utilisées avec les gros ordinateurs [10] (aka Big Iron [11]).


Vue de face de l'Altair8800.
Difficile de considérer ces deux lignes de diodes rouges
comme l'écran de l'Altair8800.

L'écran ≠ la vue

   Pour faire sans écran, on pense instinctivement à utiliser d'autres sens que la vue comme l'ouïe ou le toucher (pour le goût ou l'odorat difficile d'imaginer la chose). Mais l'histoire de l'informatique nous montre que les premières interfaces homme-machine ne fonctionnaient pas avec des écrans, et pourtant utilisaient la vue (lumière, LED, imprimante, position mécanique...).

   Mais qu'appelle-t-on écran ?

   D'après la définition de Wikipédia [12] : « un écran d'ordinateur est un périphérique de sortie vidéo d'ordinateur. Il affiche les images générées par la carte graphique de l'ordinateur. Grâce au taux de rafraîchissement d'écran élevé, il permet de donner l'impression de mouvement. ».

   Donc si l'on s'en tient à wikipédia, un écran d'ordinateur c'est :

  • des images générées par une carte graphique d'ordinateur. Exit la télé cathodique avec un tuner analogique (qui devient rare aujourd'hui avec la TNT).
  • avec un taux de rafraîchissement élevé. Exit les liseuses et autres appareils utilisant un affichage type «  papier électronique ».
  • pas d'indication de résolutions.

   On peut sans doute rajouter les écrans (comme les télés) qui ne sont pas raccordés à une carte graphique dans la catégorie écran.

   Cela serait donc la résolution (définition [13] et taille...) et le rafraîchissement (fréquence de balayage) du périphérique de sortie vidéo [14] qui font un écran.

   La matrice 55 d'un micro :bit ne correspond pas à un critère de résolution suffisant, pas plus que les deux poussoirs ne pourraient prétendre à être un clavier.


micro:bit
Pourtant il affiche bien une « image » de cœur <3 !

   Les afficheurs 7 segments ne peuvent pas être considérés comme des écrans. Ils n'affichent que des chiffres et quelques symboles. Difficile de créer une impression de mouvement avec seulement des segments.


Afficheur 7 segments.
En faisant un effort, on arrive à reconstituer quelques lettres
 [15].

   En doublant le nombre de segments, on arrive à afficher l'ensemble des lettres de l'alphabet latin.


Afficheur 14 segments.
Sans diacritiques, faut pas pousser.

   Un « panel » LCD [16] 204 et ses caractères de 8 pixels sur 5 forme un écran de 100 pixels sur 32, la résolution est déjà meilleure, même s'il est toujours prévu pour n'afficher que du texte. Néanmoins on se rapproche de l'idée que l'on se fait d'un « écran ».

   Du papier électronique [17] ne peut pas être un écran. La résolution peut être excellente mais le rafraîchissement reste insuffisant.

   Finalement la définition de Wikipédia n'est guère rigoureuse ni efficace, entre l'unique LED du panneau de contrôle et l'écran haute résolution, il y a un continuum de périphériques de sortie utilisant des signaux lumineux pour former des images. Il faut peut-être alors chercher les systèmes informatiques qui, dans leur usage normal, utilisent d'autres périphériques de sortie ou pas de périphériques de sortie du tout.

L'embarquée, une informatique massivement sans écran

   Bien sûr il faut définir le mot « informatique ». Si l'on se réfère à la définition de Wikipédia [18] :

L'informatique est un domaine d'activité scientifique, technique, et industriel concernant le traitement automatique de l'information numérique par l'exécution de programmes informatiques hébergés par des dispositifs électriques-électroniques : des systèmes embarqués, des ordinateurs, des robots, des automates, etc.

   Avec cette définition, le moindre dispositif électronique embarqué est de l'informatique. Lancer une machine à laver, programmer son four ou préparer une cafetière pour le lendemain est donc une forme de manipulation informatique... qu'on peut envisager sans écran.

   Cependant dès que vient le besoin de développer un système embarqué ou même de le réparer-déverminer, l'écran revient au galop. On a rapidement besoin d'un écran pour y connecter son environnement de développement et sa sonde de debug. Et même l'oscilloscope ou l'analyseur logique que l'on branche pour « voir » les signaux dispose d'un écran.

   En usage normal donc, certains dispositifs informatiques sont conçus pour ne pas nécessiter d'écran parce qu'ils disposent d'un autre périphérique de sortie. Certains centres commerciaux, certaines gares proposent des distributeurs d'histoires courtes : trois boutons comme périphérique d'entrée et une imprimante thermique comme périphérique de sortie. Appuyez et vous aurez de la lecture pour une, trois ou cinq minutes.


Distributeur d'histoires courtes en gare de Lyon-Perrache.
Soyons optimistes : il n'y aura pas plus de cinq minute d'attente !

   Plus courant, une box Internet domestique est aussi un dispositif informatique sans écran.


Livebox 6- Il est où l'écran ? - Dans ton... navigateur.

   Il faut reconnaître que si l'usage courant, la connexion à l'Internet, ne nécessite pas d'écran sur la box, son paramétrage en utilise bien un [19] : celui de l'ordinateur sur lequel tourne votre navigateur préféré.

   Les assistants vocaux sont des ordinateurs sans écran. Les principaux périphériques d'entrée comme de sortie sont audio : commande vocale, réponse également. Radio France fait d'ailleurs la publicité pour son offre pour enfants, une histoire et... Oli [20], sur cette absence d'écran, jouant, sans trop le dire, sur cette peur parentale des écrans.

   Pourrait-on pousser l'utilisation de ces ordinateurs pour faire du développement et « coder en vocal » ? Possible, il est tout à fait possible de programmer l'ouverture de ses volets, la lecture d'une musique ou le thermostat de sa chaudière avec. Mais ça n'est pas du développement.

L'éducation numérique mais sans écran

   Il est largement possible d'apprendre l'informatique sans écran, et même sans ordinateur.

   La robotique pédagogique [21] se développe depuis l'apparition de la tortue Logo. Actuellement, pour les plus jeunes dès l'école maternelle, c'est une abeille qui est proposée comme initiation à la programmation.


Bee-Bot en action.
Si, si, je suis bien un ordinateur.

   La Bee-Bot se programme à l'aide de sept touches et les périphériques de sortie sont les moteurs de déplacement, un petit haut-parleur et en option un porte-crayon. Avec une interface HommeEnfant-Machine aussi simple, il s'agit plutôt d'une mémorisation de séquences de mouvements que de programmation à proprement parler et pour en utiliser toutes les capacités, un interfaçage avec une application ou un ordinateur plus conventionnel est possible, mais on y retrouve un écran ! De nombreux autres robots pédagogiques, un peu plus complexes et performants, existent mais ceux-ci utilisent un écran classique pour accéder à l'interface de programmation.

   Quitte à supprimer les écrans autant aller au bout de la démarche et supprimer l'ordinateur dans son ensemble. Des pédagogues ont ainsi inventé l'informatique déconnectée. Un papier, un crayon, ni écran ni matériel comme le jeu du robot idiot [22]. Les esprits chagrins pourraient y voir une solution au manque de matériel des établissements scolaires.

   Plus que d'informatique il s'agit en fait d'initiation à l'algorithmie.

Mais peut-on se passer d'écran pour développer ?

Les plages braille

   Il existe une catégorie de population qui est contrainte de se passer d'écran pour se servir d'un ordinateur : les aveugles.

   Les personnes aveugles peuvent pourtant se servir d'ordinateur, notamment grâce à un clavier spécifiquement développé pour eux nommé « plage braille » [23]. Grâce à ces plages brailles, les aveugles peuvent lire les caractères en braille en touchant une ligne munie de petites pointes pilotés.

   Le prix de ces appareils est assez prohibitif pour quelqu'un qui voudrait jouer avec sans en avoir réellement besoin (un geek quoi). C'est pourtant une bonne manière de faire de l'informatique sans écran. Pour le codage informatique, on utilise un braille à huit points au lieu des six habituels ce qui permet d'avoir 256 combinaisons, soit autant que la table ASCII. La table braille informatique [24] actuelle a été approuvée à l'unanimité en 2007 par la Commission Évolution du Braille Français, elle porte le numéro TBFR2007.

   Que vaudrait un jeu vidéo développé pour une plage braille ? Et pourrait-on l'appeler jeu vidéo ?

Avec du papier et un stylo/machine à écrire/carte perforé puis scanner

   On peut également faire beaucoup de choses un papier un crayon-stylo-pinceau puis le scanner pour qu'il soit utilisé dans l'ordinateur. Ça reste généralement qu'une étape du développement les programmes ne sont pas plus réalisés intégralement sur papier avant d'être intégré à l'ordinateur.

Pour conclure

   Avec des écrits comme « la fabrique du crétin digital » [25] et des propos comme ceux de notre ex-ministre de l'éducation [26], les écrans sont devenus la bête noire de tous les pédagogos.

   Mais l'important n'est-il pas de savoir ce que l'on fait avec un écran ? Faut-il vraiment s'acharner à s'en passer ?

Sans doute pas.

   Il serait cependant intéressant d'apprendre à se servir d'outils réservés aux aveugles par exemple. Si nous n'avons plus besoin de la vue pour coder, nous pourrions être un peu plus multi-tâches et coder tout en... regardant la télé !

Martoni

Posté par Martoni (site web personnel, Mastodon) le 21 avril 2024 . Modéré par Benoît Sibaud.
https://linuxfr.org/news/l-informatique-sans-ecran#toc-pour-conclure

Cet article est sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International. https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/deed.fr

NOTES

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Crayon_optique

[2] https://www.lefigaro.fr/vox/societe/najat-vallaud-belkacem-liberons-nous-des-ecrans-rationnons-internet-20240318

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Ada_Lovelace

[4] https://computerhistory.org/blog/the-earliest-unix-code-an-anniversary-source-code-release/

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Altair_8800

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Ruban_perforé

[7] https://fr.wikipedia.org/wiki/Interrupteur#DIP_switch

[8] https://fr.wikipedia.org/wiki/Diode_électroluminescente

[9] https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_perforée

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordinateur_central

[11] https://en.wikipedia.org/wiki/Mainframe_computer

[12] https://fr.wikipedia.org/wiki/écran_d'ordinateur

[13] https://fr.wikipedia.org/wiki/Définition_d'écran

[14] https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_graphique

[15] https://fr.wikipedia.org/wiki/Leet_speak

[16] https://fr.wikipedia.org/wiki/écran_à_cristaux_liquides

[17] https://fr.wikipedia.org/wiki/Papier_électronique

[18] https://fr.wikipedia.org/wiki/Informatique

[19] http://192.168.1.1/

[20] https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/une-histoire-et-oli

[21] https://fr.wikipedia.org/wiki/Robotique#Robotique_pédagogique

[22] https://pixees.fr/dis-maman-ou-papa-cest-quoi-un-algorithme-dans-ce-monde-numerique

[23] https://fr.wikipedia.org/wiki/Plage_braille

[24] https://www.avh.asso.fr/fr/tout-savoir-sur-le-braille/lecriture-braille/table-braille-informatique-tbfr2007

[25] https://www.seuil.com/ouvrage/la-fabrique-du-cretin-digital-michel-desmurget/9782021423310

[26] https://www.20minutes.fr/societe/4082065-20240319-coder-crayon-papier-pourquoi-ca-interet

haut de page
Association EPI
Mai 2024

Accueil Articles