AVIS de l'ACADÉMIE DES SCIENCES
sur
L'enseignement scientifique et technique
dans la scolarité obligatoire : école et collège

6 juillet 2004

 

Il s'agit d'extraits, sélectionnés par l'EPI, concernant l'informatique et les TIC.
On lira avec profit le texte de cet avis (18 pages pdf) sur le site de l'Académie des Sciences :

http://www.academie-sciences.fr/actualites/textes/thelot_06_07_04.pdf
Les caractères en gras sont de notre fait.

 

« Cet Avis, établi en liaison avec l'Académie des technologies qui se prononce de son côté, sera complété en 2005 par un Rapport traitant des trois voies du lycée et de la formation initiale et continue des maîtres du second degré, enseignant sciences ou techniques.

NOTE : Dans tout ce qui suit, le terme sciences recouvre les mathématiques, l'informatique, ainsi que les sciences expérimentales et d'observation (physique, chimie, astronomie, sciences de la Terre, sciences du vivant...) : l'ensemble de ces dernières y est spécifiquement désigné par le terme générique de sciences de la nature.

« Les mathématiques nous introduisent tout à la fois à une superbe création de l'esprit humain et au langage dans lequel, selon le mot de Galilée, « est écrit le grand livre du monde ». L'informatique cimente les différentes pièces du puzzle, résolvant par la création d'une langue abstraite les plus concrets de nos problèmes. Les sciences de la nature, expérimentales et d'observation, nous dévoilent comment celle -ci est ordonnée et comment, des objets inertes au monde du vivant, cette nature "fonctionne". La technique n'est pas ce domaine froid et sec duquel il serait permis de se désintéresser - ce dont certains, curieusement, se vantent - mais un signe fort de l'intelligence humaine, appelant à la fois notre admiration et notre vigilance éthique.

À L'ÉCOLE PRIMAIRE :

Quatre objectifs essentiels sont retenus pour conforter la dynamique engagée :

 Dans le cadre des programmes rénovés de 2002, poursuivre résolument et de façon institutionnelle l'effort engagé depuis 1996 autour de La main à la pâte en y associant les mathématiques ;

 Au-delà de l'usage qu'en fait la science, donner à l'emploi de l'ordinateur et à la fréquentation du monde numérique par les enfants une attention beaucoup plus soutenue ;

 Revoir en profondeur le dispositif de formation initiale en sciences et techniques en IUFM, tant dans son volume que dans son contenu ;

 Introduire une obligation de formation continuée pour les professeurs des écoles, afin de soutenir les efforts de rénovation de l'enseignement.

Science et technique à l'école primaire

Quant à l'apprentissage élémentaire des technologies numériques de l'information, qui dépasse évidemment l'usage qu'en font les sciences mais dont les concepts informatiques sont clairement scientifiques, il requiert une attention beaucoup plus soutenue que celle accordée aujourd'hui, car l'ordinateur ou le monde numérique au sens large (téléphone par exemple) font désormais l'objet d'une fréquentation comparable, quoique différente, à celle du papier et du crayon : collecte de données, classement, production ou modification de textes, communication intègrent de façon réfléchie et construite l'ordinateur dans la vie de l'élève, en font progressivement un moyen normal de communication entre le maître et l'élève, entre l'élève et le monde du savoir, sans dépasser le niveau d'une algorithmique presque aussi naïve que celle qu'emploie l'élève pour s'y retrouver dans ses livres ou classeurs.

Mathématiques, sciences de la nature, techniques, usage des technologies numériques gagneront désormais à conjuguer ou coordonner leurs efforts pour leur but commun, mettant à profit la polyvalence des professeurs des écoles qui autorise une véritable et féconde interdisciplinarité, comme le montre déjà la rénovation entreprise.

LE COLLÈGE :

Le collège est une étape si essentielle pour l'avenir de ses élèves que de profondes transformations y sont impératives, afin de doter l'ensemble de la scolarité obligatoire d'un contenu scientifique et technique entièrement rénové, non seulement dans ses programmes, mais encore et davantage dans ses modalités d'enseignement. Ces évolutions requièrent une expérimentation limitée dans le temps, mais approfondie et novatrice :

 L'Académie soutient très fortement les propositions du Rapport BACH-SARMANT, remis au ministre en 2004, qui, pour rester significatif, ne saurait être mutilé de ses lignes directrices.

 Initialement basé sur la démarche d'investigation, qui part de l'observation et l'expérimentation, l'enseignement visera progressivement à l'approfondissement des connaissances ;

 En classes de 6ème et 5ème, une transition, dans l'organisation des cours comme dans le rôle et la formation des professeurs, doit permettre aux élèves de passer progressivement de la science aux sciences et de saisir que les sciences de la nature, les mathématiques et l'informatique d'une part, les techniques d'autre part, font partie de ce grand domaine de la connaissance qu'est la science ;

 Pour mettre en place une réelle démarche d'investigation et d'expérimentation, une proportion raisonnable du temps doit être consacrée à du travail en groupe, à l'image de ce qui a été pratiqué à l'école. Des laboratoires de mathématiques sont à mettre en place ;

 En classes de 4ème et 3ème, le maintien des structures actuelles doit s'accompagner d'un effort de convergence entre disciplines autour de thèmes communs ;

 Les parcours doivent se diversifier suffisamment pour que des élèves aux talents et aux tempéraments très divers trouvent précocement leur voie entre des enseignements ici plus classiques, ou théoriques, là plus techniques, ou professionnels, sans qu'à aucun moment ces derniers soient dévalorisés aux yeux des enfants et de leurs familles.

Sciences et techniques au collège

La situation change du tout au tout à l'entrée au collège, non du fait de la qualité des professeurs - le plus souvent très grande - mais parce que, pour les élèves (et parfois pour les professeurs), La science se mue pour eux en Les sciences (physique, chimie, sciences de la vie, sciences de la Terre, technologie), à quoi s'ajoutent les mathématiques et l'informatique (Il est nécessaire de distinguer ici entre l'informatique en tant que partie des sciences et l'usage des techniques de l'information/communication comme activité servant toutes les disciplines.) et que des professeurs différents (en principe quatre) les enseignent. Il est peu probable qu'ils perçoivent beaucoup d'unité entre ces matières qui couvrent, au total, 3 heures/semaine de leur emploi du temps en 6ème et 4,5 heures/semaine en 5ème.

Pour l'informatique, il convient d'y sensibiliser les élèves, en vue notamment d'une ouverture du collège sur les métiers qu'ils pourront plus tard exercer, et de les préparer à l'usage des outils qui sont désormais utilisés à tous les niveaux, pour acquérir, classer, retrouver des informations, pour communiquer avec ses collègues au sein de l'entreprise ou avec le vaste monde, pour rédiger, corriger, mettre en forme imprimable des textes, pour dessiner, insérer des photographies...

Rapport BACH-SARMANT (2004).
L'Académie en soutient les conclusions et considère, s'agissant des disciplines scientifiques dont il traite (mathématiques, informatique, physique & chimie, sciences de la vie et de la terre), qu'il forme une base solide pour les propositions qui suivent. Elle demande sa mise en application.

L'informatique et les technologies de la communication.
L'enseignement de l'informatique ne sera pas celui de la "science informatique". Il n'est pas non plus exclusivement un jeu. La création et la mise en oeuvre du Brevet Informatique & Internet, et les moyens afférents, représentent un premier pas significatif et important. Il faut conduire les élèves à utiliser, pratiquement dans toutes les matières, les outils informatiques aussi bien que les outils traditionnels. À côté des papier et stylo, ils tiendront des cahiers électroniques, remettront des devoirs électroniques, consulteront des bases de données électroniques, pour une partie de leur temps. La puissance et la sophistication des ordinateurs et de leurs logiciels appropriés font que leur bon usage nécessite un long apprentissage qui se poursuivra tout le temps du collège, mais simplement en les utilisant et non sous forme de cours ou de travaux dirigés d'informatique.

Formation des enseignants

Pour l'usage des technologies de l'information, la modification des habitudes traditionnelles de travail des enseignants demande un effort soutenu, qu'il est souhaitable d'étaler sur toute l'année scolaire : l'objectif est d'assurer une transition progressive, mettant en parallèle le monde de l'écrit imprimé et celui de l'écrit électronique, par une réflexion raisonnée.

... l'émergence de la communication informatisée offre des moyens exceptionnels pour échanger l'information et la traiter, pour mettre au point des outils de simulation, pour mettre à disposition résultats et méthodes de la recherche de façon claire et attrayante. Des sites Internet, comme celui de La main à la pâte pour les professeurs des écoles ou celui des Ecoles normales supérieures pour ceux du lycée, révèlent à la fois l'ampleur de la demande, le coût à consentir pour y répondre, et le succès des réponses proposées, notamment par une interactivité avec la communauté scientifique. »

http://www.academie-sciences.fr/actualites/textes/thelot_06_07_04.pdf

___________________
Association EPI
Octobre 2004

Accueil

Informatique et TIC

Nous avons lu